Archive pour juillet, 2008

cheikh-mohamed-hassane

21 juillet, 2008

http://www.dailymotion.com/video/x5bpbs

16 juillet, 2008

 

Un homme vit dans un rêve qu’un lion le pourchassait. Il courut jusqu’à un arbre, grimpa dessus, et s’assit sur une branche. Il jeta un regard vers le sol et aperçu le lion qui l’avait suivi et attendait calmement qu’il descende…

Il regarda ensuite derrière lui, et aperçu deux rats rongeant la racine de la branche sur laquelle il était assis. L’un des deux rats était noir, l’autre était blanc. La branche était prête à tomber sur le sol d’un moment à l’autre. Mais elle tardait à céder. L’homme vit alors un énorme serpent noir s’installer juste en dessous de lui, et ouvrir grand sa bouche en attendant qu’il ne tombe dedans.

L’homme chercha alors quelque chose sur quoi il pourrait s’accrocher pour échapper à ses prédateurs. Il vit alors, sur une branche au dessus de lui, une ruche dont les gouttes de miel tombaient l’une après l’autre. Il voulut alors en goutter une. Elle lui parût délicieuse. Il en voulut une autre, puis encore une autre. Il se concentra pour éviter les abeilles et ainsi récupérer le nectar. Enfin il se perdit dans la douceur du miel, oubliant les deux rats grignotant la branche, oubliant le lion couché sur le sol, et oubliant le serpent ouvrant sa bouche juste en dessous de lui.

L’homme se réveilla.

Pour comprendre la signification de son rêve, il alla voir un pieux musulman à qui Allah  a accordé la science. Il lui dit:

Le lion que tu as vu est ta mort. Elle te suivra où que tu ailles même si tu l’oublies. Le rat noir est la nuit, le blanc est le jour. Ils te tournent autour l’un après l’autre, et grignotent le temps qu’il te reste à vivre pour te rapprocher de la mort.

« L’énorme serpent noir est ta tombe. Elle est là, elle attend juste que tu tombes. La ruche est le monde, son miel est la luxure et les jouissances du monde. Nous cherchons à obtenir ces luxures, nous y goûtons , puis très vite nous y prenons goût. Jusqu’à ce que cette quête devienne une priorité.

Nous nous perdons alors dans ce monde, et nous oublions le temps, nous oublions la mort, et nous oublions notre tombe. »

 

le papillon

16 juillet, 2008

 

 

Un jour apparut un petit trou dans un cocon; un homme qui passait à tout hasard, s’arrêta de longues heures à observer  qui s’éfforçait de sortir par ce petit trou. Après un long moment, c’était comme si le papillon avait abandonné, et le trou demeurait toujours aussi petit. On aurait dit que le papillon avait fait tout ce qu’il pouvait et qu’il ne pouvait plus rien faire d’autre.

Alors, l’homme décida d’aider le papillon, il prit un canif et ouvrit le cocon. Le papillon sortit aussitôt. Mais son corps était maigre et engourdit; ses ailes étaient peu développées et bougeaient à peine.  L’homme continua à observer pensant que d’un moment à l’autre les ailes du papillon s’ouvriraient et seraient capables de supporter le corps du papillon pour qu’il prenne son envol.

Il n’en fut rien ! Le papillon passa le reste de son existence à se traîner par terre avec son maigre corps et ses ailes rabougries. Jamais il ne put voler.

Ce que l’homme, avec son geste de gentillesse et son intention d’aider, ne comprenait pas, c’est que le passage par le trou étroit de cocon était l’effort nécessaire pour que le papillon puisse transmettre le liquide de son corps à ses ailes de manière à pouvoir voler.

C’était le moule à travers lequel Dieu (Exalté Soit-Il) le faisait passer pour grandir et se développer. Parfois l’éffort est exactement ce dont nous avons besoin dans notre vie.
Si Dieu  (Exalté Soit-Il) nous permettait de vivre notre vie sans rencontrer d’obstacles, nous serions limités. Nous ne pourrions pas être aussi forts que nous le sommes. Nous ne pourrions jamais voler …

La vulgarité

16 juillet, 2008

La vulgarité est ce qui caractérise

le langage et le comportement du

bas peuple

Le bonheur

16 juillet, 2008

Le bonheur est pour vous l’état
Ultime du bien-être.
Il est à la fois , joie , sérénité , partage et plénitude.
Il est l’état vers lequel votre être tend,
Et il n’est pas aussi inaccessible que vous l’imaginez
Puisqu’il est simplement votre véritable nature,
Lorsque vous laissez les rennes
De votre être à votre part divine.

Le prophète Yusuf ‘alayhi salam : Partie I

15 juillet, 2008

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Le Droit du Musulman sur son Frère

15 juillet, 2008

Abû Hurayra rapporte ces propos de 1’Envoyé de Dieu -sur Lui la Grâce et la Paix-: “Les devoirs de tout musulman à l’égard de ses frères sont au nombre de cinq: il se doit de lui rendre le salut, de le visiter lorsqu’il est malade, de suivre son cortège funèbre, de se rendre à son invitation et de lui souhaiter que Dieu lui fasse miséricorde quand il éternue.’’ (Rapporté par Bukhari et Muslim). Une version de Muslim comporte ce sixième précepte: “Et donne-lui un conseil s’il te le demande.”

Ibn Umar rapporte ces paroles de l’Envoyé de Dieu -sur Lui la Grâce et la Paix-: Le musulman est le frère du musulman, il ne se montre pas injuste à son égard et il ne le livre pas (à ses ennemis). Dieu aidera celui qui vient en aide à ses frères et Il soulagera d’un des tourments du Jugement Dernier celui qui soulage un musulman dans l’affliction. Quiconque scelle les défauts d’un musulman, Dieu scellera les siens le jour de la Résurrection. (Rapporté par Bukhari et Muslim).
Selon Abou Hurayra, le Messager de Dieu (sur Lui la Grâce et la Paix) a dit: Quiconque, en ce bas monde, a allégé l’affliction d’un croyant, verra Dieu alléger son affliction au Jour du Jugement Dernier. Quiconque secourt un homme dans la gêne, verra Dieu le secourir en ce bas monde et dans l’Au-delà. Quiconque couvrira les fautes d’un musulman, verra Dieu les lui couvrir en ce bas monde et dans l’autre. Dieu aide son serviteur tant que ce dernier aide son frère. Celui qui parcourt le chemin de la science, Dieu lui aplanira le chemin du paradis. Tant que les hommes s’assemblent en quelque demeure consacrée à Dieu pour réciter le Coran et pour l’étudier ensemble, la tranquillité d’esprit et la paix descendra sur eux, la miséricorde les couvrira, les anges les entoureront et Dieu les mentionnera comme étant des siens. Quant a celui qui est mis en retard par ses œuvres, il ne sera pas mis en avance par son lignage. (Rapporté par Muslim).
 

Abou Houraira rapporte ces propos de l’Envoyé de Dieu (sur lui la Grâce et la Paix): Méfiez-vous des préjugés car rien n’est plus trompeur. Ne vous espionnez pas, ne rivalisiez pas entre vous, ne vous enviez pas, ne vous détestez pas, ne vous ignorez pas, soyez des serviteurs de Dieu fraternels, ainsi qu’Il vous l’a ordonné. Le musulman est le frère du musulman, il ne l’opprime pas, il ne le prive pas de son soutien, il ne le méprise pas. C’est là que réside la crainte pieuse! Répéta-t-il deux fois-, il désigna sa poitrine: Il n’est de pire mal pour un musulman que de mépriser son frères. Tout ce qui propre au musulman est sacré pour l’ensemble des musulmans. Son sang, son honneur et ses biens sont sacrés. Dieu ne regarde ni vos corps, ni vos apparences, mais Il regarde vos cœurs. (Rapporté par Muslim).

Abu Musa al-Ash’arî rapporte ces propos du Prophète -sur lui la Grâce et la Paix-: La compagnie de l’homme pieux et celle de l’homme malfaisant sont respectivement comparables à celle du parfumeur et à celle du forgeron. Le parfumeur te donne du musk ou t’en vends, ou encore il émane de sa personne une odeur agréable tandis que le forgeron risque de brûler tes habits et il répand une odeur nauséabonde. (Rapporté par Bukhari et Muslim).

Comment traiter la faiblesse de la volonté par rapport à la recherche du savoir.

10 juillet, 2008

Louange à Allah

L’affaiblissement de la volonté par rapport à la recherche du savoir religieux fait partie des grandes catastrophes. À cet égard, plusieurs choses s’imposent :

La première consiste dans la sincérité. Il faut être sincère à l’égard d’Allah, le Puissant, le Majestueux dans la recherche du savoir et réaliser que cette recherche voudra à son auteur une récompense et le hissera au troisième rang de la hiérarchie établie au sein de la Umma car elle est une source de stimulation. « … ceux-là seront avec ceux qu’ Allah a comblés de Ses bienfaits: les prophètes, les véridiques, les martyrs, et les vertueux. Et quels bons compagnons que ceux-là! » (Coran, 4, :69)

La deuxième consiste à choisir des compagnons qui encouragent à l’acquisition du savoir et aident à discuter et à faire de la recherche.

Il ne faudra pas que l’on se lasse de la présence de tels compagnons aussi long temps qu’ils aideront à la recherche du savoir.

La troisième consiste dans la persévérance. Il faut exercer un effort sur soi-même afin de ne pas se laisser distraire. À ce propos, Allah le Très Haut dit à son Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) : « Fais preuve de patience (en restant) avec ceux qui invoquent leur Seigneur matin et soir, désirant Sa Face. Et que tes yeux ne se détachent point d’ eux en cherchant (le faux) brillant de la vie sur terre. Et n’ obéis pas à celui dont Nous avons rendu le cœur inattentif à Notre Rappel, qui poursuit sa passion et dont le comportement est outrancier. » (Coran, 18 : 28). Que l’on soit patient. Si l’on persévère et s’habitue à la recherche, cela finira par devenir naturel, au point que le jour que l’on passera sans avoir effectué des recherches paraisse trop long. À défaut de la maîtrise de soi, l’on n’aura rien. En effet, l’âme charnelle est incitatrice au mal, et Satan encourage la paresse et l’abandon de l’instruction.

un petit cadeau

2 juillet, 2008

http://www.drouotp.com/

un petit cadeau pour vous a découvrir mon amie patrick drouot

l’amour pour ce bas-monde

2 juillet, 2008

 

     Notre Prophète (Paix et Bénédiction sur lui) insistait sur notre place véritable de la vie sur terre.

Il enseignait les actes et les paroles. Il rappelait sans cesse que les parures de ce bas-monde ne valent rien auprès d’Allah  (Exalté Soit-il) mais que seule, la foi à le plus grand mérite auprès de Lui.

Il affirmait par ces mots :

« Si ce bas-monde valait auprès d’Allah le poids d’une aile de moustique, il n’y aurait pas consenti au mécréant une seule gorgée d’eau » [ Rapporté par Tirmidhî ]

« Ce bas monde par rapport à la vie future s’apparente au geste de l’un de vous qui trempe son doigt dans un fleuve, qu’il voit donc ce qu’il peut en retirer » [ Rapporté par Ibid ]

tombeterre.jpg dyn002original406490gif254551191e29e93964b56c8b242bac0e536444a.gif

      Deux amours, celui d’Allah et celui de ce bas-monde ne peuvent cohabiter dans un même cour puisqu’Allah  refuse et n’accepte guère l’association (shirk),

{ Allah n’a pas placé deux cours dans la poitrine de l’homme } [ Sourate 33, verset 4 ]

 Mais nombreux sont ceux qui s’attachent aux biens de ce monde, délaissant ainsi, les priorités fondamentales qu’Allah nous a révélé.

Comment adorer et satisfaire Allah si le coeur se laisse prendre par les désirs éphémères de ce bas-monde ?

En effet, il suffit de se rappeler que la mort nous atteindra un jour laissant les biens illusoires de ce bas-monde derrière nous.

Celui qui a la certitude d’Allah  et vit dans la perspective de la mort et de l’au-delà ne peut que détacher son coeur des futilités de ce bas-monde et s’occuper à ouvrer dans la vie ici-bas pour plaire et satisfaire Allah .

Comme le disait Ibn Mas’ud :

« La certitude consiste à ce que tu ne cherches pas à plaire aux hommes en déplaisant à Allah, que tu n’envies aucun homme pour le bien qu’Allah lui accorde et que tu ne fasses aucun reproche pour le bien qu’Allah ne t’a pas accordé ».

       Dans ce bas-monde, les tentations sont multiples et chacun de nous doit lutter pour ne pas se laisser perturber par quelques tentations douteuses qui risqueraient de nous égarer. Comme le disait Hafiz  : « Ne donne pas ton coeur à ce monde , à ses biens : de sa fidélité , nul ne vit jamais rien ; nul n’en mangea le miel sans subir sa piqûre ; et nul en ce verger ne peut cueillir les dattes sans subir les épines ; et tout flambeau qui fut allumé par ce monde , fut éteint par le vent aussitôt qu’il brilla . Celui qui sans souci donna son cour au monde nourrit son ennemi as-tu bien vu cela ? »

802593251.gif lumiretrouble.jpg

Comme Allah  a dit :

{ Sachez que la vie présente n’est que jeu, amusement, vaine parure, une course à l’orgueil entre vous et une rivalité dans l’acquisition des richesses et des enfants. Elle est en cela pareille à une pluie : la végétation qui en vient émerveille les cultivateurs, puis elle se fane et tu la vois donc jaunie, ensuite elle devient des débris. Et dans l’au-delà, il y a un dur châtiment, et aussi pardon et agrément d’Allah. Et la vie présente n’est que jouissance trompeuse. } [ Sourate 57, verset 20 ]

Ou encore :

{Et propose-leur l’exemple de la vie ici-bas. Elle est semblable à une eau que Nous faisons descendre du ciel ; la végétation de la terre se mélange à elle. Puis elle devient de l’herbe desséchée que les vents dispersent. Allah est certes Puissant en toutes choses ! Les biens et les enfants sont l’ornement de la vie de ce bas-monde. Cependant, les bonnes ouvres qui persistent ont auprès de ton Seigneur une meilleure récompense et une belle espérance.} [Sourate 18, versets 45 – 46]

Et encore :

{ Nous avons placé ce qu’il y a sur la terre pour l’embellir afin d’éprouver les hommes et savoir qui d’entre eux sont les meilleurs dans leurs actions. Puis Nous allons sûrement transformer sa surface en sol aride } [Sourate 18, versets 7 et 8 ]

Les compagnons  de notre Prophète ne se réjouissaient d’aucune chose de ce bas-monde qui s’offraient à eux et ne regrettaient aucune chose dont ils étaient privés, à leurs yeux, tout ceci ne valait même pas la poussière.

« L’un d’eux vivait une année ou même deux années sans acquérir un vêtement pour se couvrir ou s’offrir un ustensile pour cuire ses aliments ou installer un lit pour dormir ou ordonner dans sa maison qu’on lui fasse préparer un repas. La nuit venue, ils se mettaient debout pour prier leurs visages en prosternation, des larmes jaillissaient de leurs yeux, implorant le Seigneur pour les sauver. Lorsqu’ils accomplissaient une bonne action, ils ne cessaient de remercier Allah et de l’implorer pour qu’Il l’accepte et lorsqu’ils en commettaient une mauvaise, ils s’en attristaient et implorèrent Allah pour qu’Il leur pardonne. Ils ne cessaient d’agir de la sorte. » [ Rapporté par Al-Hassan al-Basrî ]

Comme Al-Ghazâlî  a écrit :

« Un homme cherche sous un arbre à calmer ses esprits. Mais le gazouillement des oiseaux l’empêche de réfléchir. Il essaie donc, de les chasser avec un bâton pour revenir à sa réflexion. Les oiseaux reviennent et il se met à vouloir les chasser. On lui dit : « Les oiseaux sont prisonniers du jardin. Si tu veux les chasser, il faut que tu abattes l’arbre. »

 

     L’arbre des désirs de ce bas-monde est pareil. Lorsque les branches se développent et se ramifient, il attire les pensées comme les arbres attirent les oiseaux et comme les saletés attirent les mouches. On met beaucoup de temps pour les chasser. La caractéristique des mouches est qu’elles reviennent sans cesse quand on les chasse. Ces désirs sont nombreux et il est rare que l’homme en soit exempt. Ils ont une même origine : l’amour du monde. C’est la source de toute ébauche. »

       En effet, celui dont l’être intérieur se donne à l’amour de la vie et qui ne cherche pas à en tirer ce qui peut l’aider pour arriver au paradis ne doit pas attendre que les délices de l’imploration dans la prière lui apparaissent. Celui qui se réjouit du monde ne se réjouit pas d’Allah ni de Son imploration. Aussi, il ne faut jamais oublier ces paroles :

{ Tout ce que vous possédez s’épuisera, tandis que ce qui est auprès d’Allah durera }
[ Sourate 16, verset 96 ]

{ Qui est donc mieux guidé, est-ce celui qui marche les yeux fixés au sol et trébuchant à chaque pas ou celui qui marche bien droit sur un chemin rectiligne ? }
[ Sourate 67 La Royauté (Al-Mulk), verset 22 ]


       Cette parabole symbolise ceux qui sont obsédés par une idée fixe et qui n’ont d’autre pensée que pour leur ambition terre à terre. Ils ne regardent qu’au-dessous de leurs pieds et ne voient pas les obstacles qui se dressent sur leur chemin. Ceux, au contraire, qui marchent la tête haute sur une voie bien droite, ont la possibilité de voir sous plusieurs angles et évitent ainsi tous les obstacles pour arriver à bonne destination. Les premiers limitent le monde à ce qui est sous leurs pieds tandis que les autres embrassent de leurs regards l’immensité de l’Univers et ses ressources infinies.

     Il faut véritablement prendre conscience de l’importance à méditer sur la vie future, prendre conscience également que les biens de ce monde ne sont qu’éphémères et qu’Allah  facilite la vie ici-bas à ceux qui se préoccupe de la vie future comme le soulignent les paroles de notre Prophète dans cet hadith rapporté par Tirmidhi :

« Celui dont la préoccupation est la vie dernière, Allah fera que sa richesse soit en son coeur, Il confortera sa situation et les biens matériels se présenteront à lui avec docilité. Quant à celui dont la seule préoccupation est la vie ici-bas, Allah mettra la pauvreté entre ses yeux et suscitera en lui la confusion, et il ne recevra de biens matériels que ce qui lui a été destiné »

     À notre époque, le bas-monde est recherché par tous les moyens :

   Par le bien comme par le péché. Partout c’est le règne de la séduction et de la tentation. Aussi, il est nécessaire de prendre garde face aux multiples piéges dominants du monde, chacun doit être vigilant et attentif par rapport à Allah  et traiter son oeuvre dans le bas-monde dans la conscience pure, c’est-à-dire que l’être ne doit pas ouvrer pour plaire à autrui mais dans la véritable conscience de La Présence d’Allah .

Comme l’a écrit Al Mahasibi :

« Le coupeur d’herbe a plus de dignité que ces hommes qui jeûnent, prient et s’activent pour plaire à autrui.»