Archive pour le 15 juillet, 2008

Le prophète Yusuf ‘alayhi salam : Partie I

15 juillet, 2008

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Le Droit du Musulman sur son Frère

15 juillet, 2008

Abû Hurayra rapporte ces propos de 1’Envoyé de Dieu -sur Lui la Grâce et la Paix-: “Les devoirs de tout musulman à l’égard de ses frères sont au nombre de cinq: il se doit de lui rendre le salut, de le visiter lorsqu’il est malade, de suivre son cortège funèbre, de se rendre à son invitation et de lui souhaiter que Dieu lui fasse miséricorde quand il éternue.’’ (Rapporté par Bukhari et Muslim). Une version de Muslim comporte ce sixième précepte: “Et donne-lui un conseil s’il te le demande.”

Ibn Umar rapporte ces paroles de l’Envoyé de Dieu -sur Lui la Grâce et la Paix-: Le musulman est le frère du musulman, il ne se montre pas injuste à son égard et il ne le livre pas (à ses ennemis). Dieu aidera celui qui vient en aide à ses frères et Il soulagera d’un des tourments du Jugement Dernier celui qui soulage un musulman dans l’affliction. Quiconque scelle les défauts d’un musulman, Dieu scellera les siens le jour de la Résurrection. (Rapporté par Bukhari et Muslim).
Selon Abou Hurayra, le Messager de Dieu (sur Lui la Grâce et la Paix) a dit: Quiconque, en ce bas monde, a allégé l’affliction d’un croyant, verra Dieu alléger son affliction au Jour du Jugement Dernier. Quiconque secourt un homme dans la gêne, verra Dieu le secourir en ce bas monde et dans l’Au-delà. Quiconque couvrira les fautes d’un musulman, verra Dieu les lui couvrir en ce bas monde et dans l’autre. Dieu aide son serviteur tant que ce dernier aide son frère. Celui qui parcourt le chemin de la science, Dieu lui aplanira le chemin du paradis. Tant que les hommes s’assemblent en quelque demeure consacrée à Dieu pour réciter le Coran et pour l’étudier ensemble, la tranquillité d’esprit et la paix descendra sur eux, la miséricorde les couvrira, les anges les entoureront et Dieu les mentionnera comme étant des siens. Quant a celui qui est mis en retard par ses œuvres, il ne sera pas mis en avance par son lignage. (Rapporté par Muslim).
 

Abou Houraira rapporte ces propos de l’Envoyé de Dieu (sur lui la Grâce et la Paix): Méfiez-vous des préjugés car rien n’est plus trompeur. Ne vous espionnez pas, ne rivalisiez pas entre vous, ne vous enviez pas, ne vous détestez pas, ne vous ignorez pas, soyez des serviteurs de Dieu fraternels, ainsi qu’Il vous l’a ordonné. Le musulman est le frère du musulman, il ne l’opprime pas, il ne le prive pas de son soutien, il ne le méprise pas. C’est là que réside la crainte pieuse! Répéta-t-il deux fois-, il désigna sa poitrine: Il n’est de pire mal pour un musulman que de mépriser son frères. Tout ce qui propre au musulman est sacré pour l’ensemble des musulmans. Son sang, son honneur et ses biens sont sacrés. Dieu ne regarde ni vos corps, ni vos apparences, mais Il regarde vos cœurs. (Rapporté par Muslim).

Abu Musa al-Ash’arî rapporte ces propos du Prophète -sur lui la Grâce et la Paix-: La compagnie de l’homme pieux et celle de l’homme malfaisant sont respectivement comparables à celle du parfumeur et à celle du forgeron. Le parfumeur te donne du musk ou t’en vends, ou encore il émane de sa personne une odeur agréable tandis que le forgeron risque de brûler tes habits et il répand une odeur nauséabonde. (Rapporté par Bukhari et Muslim).