Abd El-Kader

Abd El-Kader

Abd El-Kader 44px-Question_book-3.svg

Cet article ou cette section ne cite pas suffisamment ses sources. (avril 2007)

Son contenu est donc sujet à caution. Wikipédia doit être fondée sur des informations vérifiables. Améliorez cet article en signalant les passages qui demandent une référence (en y insérant par exemple le modèle {{Référence nécessaire}}), et en liant les informations à des sources, au moyen de notes de bas de page (voir les recommandations).

Portrait d'Abd el-Kader par Ange Tissier, 1852, Musée de Versailles.

magnify-clip

Portrait d’Abd el-Kader par Ange Tissier, 1852, Musée de Versailles.
Abd El-Kader ou Abdelkader (arabe : عبد القادر الجزائري ‘Abd al-Qādir al-Djazā’irī, Abd el-Kader l’Algérien) (né le 6 septembre 1808 près de Mascara en Algérie – décédé le 26 mai 1883 à Damas Syrie), est un émir et sultan algérien, théologien soufi, homme politique et résistant militaire face à l’armée coloniale française, également écrivain-poète et philosophe.

Sommaire

[masquer]

//

Origines et éducation musulmane [modifier]

Troisième fils de Sidi Mahieddine, cheikh de l’ordre soufi Qadiri, et de Zohra une femme savante, il est né probablement le 6 mai 1807 à La Zaayah, une école religieuse de la Guyathnali (les Tentes), dans la région de Mascara, sur la route d’Oran.

Son éducation religieuse soufiste, passe, dès huit ans, par le pèlerinage avec son père à la Mecque (le Hajj) puis se poursuit chez Ahmed Bilhar, son oncle paternel, l’étude du Coran, les principes des sciences physiques et morales, de la géométrie et de l’astronomie, la gymnastique, l’exercice du cheval et le maniement des armes. Enfin, Mahieddine envoya son fils dix-huit mois à Oran, chez Sidi Ahmed ben-Kodja, qui lui enseigna la politique.

L’émir Abd El-Kader fait remonter ses origines à la tribu berbère des Banou Ifren[1],[2]. L’émir Abd El-Kader Chérif à la Zaouïa Qadiriyya.

Voyages [modifier]

En 1820 lors d’un second voyage à la Mecque avec des pélerins et son père Mahieddine, sur le Castor brick de commerce du capitaine français Jovas, il passe par Alexandrie, et après la Mecque et Médine, par Bagdad, au tombeau d’un célèbre marabout Sidi Abdel-Kader el-Djelani, qui a des chapelles (koubbah) à travers toute l’Algérie et notamment à Alger. Pendant son séjour en Égypte, Abd El-Kader fut frappé des changements que Méhémet Ali venait de faire à son armée et des améliorations de l’administration de ses États ; ce modèle (qui avait permis une quasi indépendance vis à vis des Ottomans comme des anglais et des Français) les frappa lui et son père.

À leur retour, ils racontèrent que de vieilles légendes, d’anciennes prophéties, annonçaient qu’Abd El-Kader deviendrait un jour le « sultan des Arabes ». C’était se dresser contre l’institution ottomane des Deys. La mobilisation des habitants autour du la vénération qu’ils s’étaient acquise (ils passaient leurs journées en prières, dans leurs tentes) inquiéta rapidement Hassan-Bey, gouverneur d’Oran. Les offrandes contribuaient à l’enrichissement et à l’influence de Mahieddine et d’Abd El Kader: les population arrivaient en foule au douar des Hachem, apportant du grain, du bétail, des chevaux, de l’or, de l’argent et des armes. Voulant mettre enfin un terme à ces menées révolutionnaires, Hassan-Bey prononça la peine de mort contre le père d’Abd El-Kader ; mais il était trop tard.

La colonisation française [modifier]

La prise d’Alger par les Français en 1830 venait de porter un coup terrible à l’empire des deys et à la domination ottomane. Mahieddine, le vieux marabout, se mit alors à prêcher la « guerre sainte ». L’objectif était autant l’élimination Ottomane que la reprise d’Oran. Des milliers de musulmans accoururent et se rangèrent sous ses ordres ; le gouverneur d’Oran, Hassan, en fuite, tenta de demander asile à celui dont il avait mis la tête à prix. Le marabout allait lui offrir l’hospitalité et ses services mais Abd El-Kader s’y opposa énergiquement, et le bey d’Oran dût se rendre quelques jours après aux troupes françaises. Mahieddine, choisi comme chef de l’insurrection, marcha avec ses troupes d’abord contre la garnison turque de Mascara, et la massacra sans pitié ; puis il combattit courageusement les Français sous les murs d’Oran avec son fils Abd El-Kader qui s’y attira la réputation de baraka – il aurait été à l’abri des balles et des boulets; aurait eu deux chevaux tués sous lui. Son burnous blanc « rougi du sang des siens », fut conservé comme une relique.

Avec la prise d’Alger et d’Oran, qui signifiait d’abord la fin de la domination Ottomane, les tribus musulmanes locales semblaient avoir recouvré leur liberté, mais elles était sans unité : Mahieddine, tout influent qu’il était, n’était pas souverain. Quelques tribus ne lui obéissaient pas. D’un autre côté les population musulmanes voyaient avec inquiétude la conquête française s’étendre. La soumission d’Ibrahim, bey de Mostaganem, accéléra le processus d’unification: une assemblée générale des chefs de tribus, pour procéder à l’élection d’un sultan, eut lieu le 21 novembre 1832 dans la plaine de Ghris, à Ersebia. Il fut question de nommer Mahieddine, mais il dit que le marabout Sidi El-Arrach était plus digne que lui d’un si grand honneur. Le conseil se retira pour se réunir le lendemain. D’après la légende populaire, Sidi El-Arrach, tout juste arrivé, aurait déclaré en élevant les mains vers le Ciel : « Frères, cette nuit, le célèbre marabout Mahi Abd El-Kader m’est apparu au milieu de sa gloire, et m’a dit : “Sidi El-Arrach, retiens bien ces paroles d’où dépend le salut de notre race. Je ne connais qu’un seul homme qui, par ses vertus, son courage et son intelligence-, soit digne de commander aux Arabes : c’est Abd El-Kader, troisième fils de Mahieddine. Je t’ordonne donc de répéter demain au conseil ce que tu viens d’entendre. Allah et son prophète s’intéressent à la cause de ses enfants et veulent qu’elle triomphe.” ». Et Mahieddine d’ajouter : « J’ai entendu les mêmes paroles que Sidi El-Arrach, et j’ai reçu les mêmes ordres, mais je mourrai dans l’année qui suivra l’avènement de mon fils. Telle est la prophétie de mon aïeul. »

Sultan [modifier]

Abd El Kader

A partir de 1832, le titre de sultan fut donc accordé à Abd El-Kader: les chefs s’inclinèrent et lui présentèrent le burnous violet. Le nouveau sultan se mit à son tour à prêcher la guerre sainte. Après que l’affaire de la Macta eut consolidé sa puissance, il songea à se créer une force militaire permanente. Voyant l’armée française composée en grande partie d’infanterie, il se forma un corps de cavalerie qui put attaquer, poursuivre ou éviter un combat inégal. Ce premier corps ne comptait d’abord que 400 hommes. Pour entretenir des bataillons réguliers, il leva des taxes sur les marchandises et des impôts ; puis il fit bâtir des magasins de vivres, d’armes et de munitions. Les premiers coups de main contre les Français dans l’ouest de l’Algérie, l’opposèrent au général Louis Alexis Desmichels gouverneur de la province d’Oran, indépendant du général en chef. En mai 1833, les français remportèrent plusieurs victoires sur Abd El-Kader, et Desmichel s’empara de Mostaganem. L’émir, indigné de voir les Musulmans venir approvisionner les marchés français, fit enlever le chef d’Arzew qui venait de se soumettre, et le conduisit à Mascara où il fut condamné à mort. Au mois d’octobre de la même année ses troupes attaquèrent l’escorte de la commission d’Afrique, forte de 1 800 hommes, mais fut battu près de Aïn-el-Bidha.

Abd El-Kader, à la mort de son père (1833), se retira quelque temps à Mascara, revint à la tête de ses troupes. Il fit bloquer la ville d’Oran par la tribu des Rharaba et couper toute communication avec Mostaganem par la tribu des Hachem. La tactique réussit, les arrivages cessèrent sur les marchés français. Les tribus soumises cherchèrent à se détacher des Français. Abd El-Kader, profitant de l’état des esprits, tendit un piège aux Français: quatre furent faits prisonniers et un cinquième tué. Le général Desmichels lui écrivit pour réclamer les soldats. Abd El-Kader refusa terminant sa réponse par un défi. Le général Desmichels, après le combat, fit renvoyer les femmes et les enfants des douars tombés aux mains des français ; mais les indigènes, ne comprirent pas le geste de mansuétude, et prirent cette générosité tactique pour un geste de faiblesse.

Découpage administratif de l’État de l’émir Abdelkader [modifier]

Mascara est la Première capitale, ensuite Tagdempt (La Smalah), Le premier Khalifa (Gouverneur), c’était Mohamed Benfreha Al-Mahaji.

L’œuvre de l’Emir Abdelkader commence en 1834 avec le traité Desmichels, mais se poursuit plus activement après mai 1837, lorsque le traité de la Tafna reconnaît son titre d’Emir Abdelkader et son autorité sur la majeure partie des provinces d’Alger et d’Oran. L’Emir Abdelkader ne se borne pas à rassembler des terres, à grouper des territoires pour asseoir sa puissance politique, il va les unifier administrativement dans un sens égalitaire et populaire pour unir les populations contre les Français, a l’automne 1839, l’œuvre de regroupement territorial est achevée, les Français sont regroupés dans Oran, Alger et une partie du Beylik de Constantine. L’Émir Abdelkader a assis son autorité sur les 2/3 de l’Algérie du nord, de Bougie à Tlemcen, d’Ain El-Mahdi à Ténès. L’Émir Abdelkader s’appuie sur des villes forteresses, édifiées comme centre de gouvernement. Les tribus en bordure de la côte, sortes d’avant-postes, s’appuient sur une première ligne de la villes de l’intérieur, Tlemcen, Mascara, Meliana, Médéa.

Une deuxième ligne de citadelles, créée de toutes pièces, et d’anciens bastions fortifiés à la limite du Tell et des hautes plaines, permettent de contrôler le Sud. Sebdou, Saida, Tagdempt prés de Tiaret, centre économique et stratégique (fabrique et dépôts d’armes), Taza, Boghari, Belkheroub et Biskra. La chute des villes en 1841-1842 rompra toute cette forte organisation étatique pour réduire l’Emir Abdelkader à la condition d’un empereur nomade.

Traité avec les Français [modifier]

Lorsqu’après cette sortie les marchés d’Oran se furent un peu approvisionnés, le général Desmichels écrivit de nouveau à Abd El-Kader pour lui demander une entrevue que l’émir refusa pour marquer son rang souverain, au-dessus des généraux français. (Il n’a daigné accorder la faveur d’une entrevue qu’au maréchal Thomas-Robert Bugeaud, à Juchault de la Moricière et au duc d’Aumale). Abd el Kader répondit à la lettre du général Desmichels que l’Islam lui défendait de se soumettre aux envahisseurs, mais qu’il lui permettait d’accepter une paix si elle lui était proposée. Il sentait alors le besoin de cesser les hostilités contre les Français, et malgré les revers que les Français éprouvèrent près d’Oran, dans un lieu nommé Dar-el-Bidah (« la Maison blanche »), il continua les négociations entamées, en engageant son agha, Mouloud ben Arrach et le caïd Ouled Mahmoud, pour s’entendre en dehors d’Oran, avec le séfarade Mandoukaï Amar, sur les bases d’un traité de paix qui allait être passé entre la France et les algériens. Abd El-Kader insistait pour avoir Mostaganem, mais se voyant refuser sur ce point, il demanda Arzew, où il parvint à établir de fait son autorité sans l’accord des Français.

Ils arrivèrent à un accord sur les trois dispositions suivantes du traité :

  1. Soumission des Arabes à la France ;
  2. Liberté du commerce pleine et entière ;
  3. Remise immédiate des prisonniers.

Les négociateurs d’Abd El-Kader (civils et militaires de la province), amendèrent avec habileté une partie des conditions posées par les Français à Abd El-Kader et le traité fut signé le 24 février 1834.

Révoltes contre Abd El Kader [modifier]

L’autorité d’Abd El Kader fut alors remise en cause par des tribus liées au pillage: les aghas Benaouda Mazari, chef des Zmala, et Mustapha ben Ismael, chef des Douairs qui avait été agha avant la conquête, ne voulaient pas se soumettre à un usurpateur, « pâtre, fils de pâtre ». Ils se joignirent à un autre chef, l’agha Kadour Ben El-Morsly, placé à la tête des Bordja et chef des Beni Aâmer (Nomade), une des plus populeuses tribus de la province qui refusaient de continuer à payer zakât (l’achour), alléguant que la cessation de la guerre rendait cet impôt inutile, et qu’ils ne reconnaissaient pas pour leurs maîtres les infidèles et leurs alliés.

Abd El-Kader rassembla au plus vite ses cavaliers dans les environs de Mascara et surprit plusieurs villes laissées sans défense. Mais il eut l’imprudence d’établir son camp sur la lisière de la forêt de Zétoul, dans le pays des rebelles. Au milieu de la nuit, les Douairs mirent en fuite une partie de ses troupes, enlevèrent son camp au galop, et le forcèrent à rentrer presque seul à Mascara. À cette nouvelle, Sidi el-Arubi leva l’étendard de la révolte, les autres chefs des mécontents imitèrent son exemple, et Abd El-Kader se vit entouré d’ennemis.

Au lieu de profiter de ces divisions, les Français intervinrent contre les révoltés de sorte qu’ils rendirent Abd El-Kader plus puissant après cet échec qu’il ne l’était auparavant. Mustapha ben Ismael, Benaouda Mazari et Kadour Ben El-Morsly, instigateurs de l’insurrection, avaient pourtant écrit aux généraux Théophile Voirol et Louis Alexis Desmichels qu’ils s’engageaient au nom des tribus insurgées à se reconnaître sujets de la France, à renverser Abd El-Kader et à amener la soumission des troupes de l’émir. Mais le général Louis Alexis Desmichels, préféra protéger Abd el-Kader.

Soutenu par les Français et maître de la vaste province d’Oran, depuis le Chlef jusqu’à l’empire du Maroc, il suivit l’exemple du pacha d’Égypte, dont il avait étudié la politique, et, s’appuyant sur la défense faite aux musulmans de traiter directement avec les chrétiens, il se constitua le négociant de ses États puis s’opposa à ce que les Français puissent visiter Tlemcen, sous prétexte que les Arabes et les juifs n’aimaient pas à voir des étrangers chez eux. Bientôt, il forma le projet de s’emparer de deux provinces de l’est et du centre, et constituer un État maure sur les hauts plateaux et de laisser aux Français la côte algérienne. Il prit un moyen détourné pour arriver à son but : il écrivit que, grâce à lui, toute la province d’Oran était maintenant pacifiée, que l’Est commençait à s’agiter, mais qu’il engageait les généraux français à ne point s’y rendre, qu’il se chargeait de faire rentrer lui-même les tribus insurgées dans la soumission. Mais le général Théophile Voirol refusa ces propositions.

L’attitude d’Abd El Kader inquiéta une secte de fanatiques, qui fit éclater une révolte contre contre Abd El-Kader, en prêchant la guerre sainte, avec à leur tête d’importants personnages, entre autres, le frère d’Abd El-Kader, Sidi Mustapha, ancien caïd des Flittas. Les Français prirent encore parti pour celui-ci et l’armée de l’émir parvint à vite mater la révolte.

Abd El-Kader cherchait depuis longtemps à sortir de sa province, un incident lui en donna l’occasion. Un chéliff nommé Hadji Mouça prétendait avoir trouvé le moyen d’empêcher les canons et les fusils des infidèles de partir. Le peuple ajouta foi à ses paroles. Mouça, à la tête d’importantes troupes, s’empara de Médéa et de Miliana, mais Abd El-Kader l’attaqua et le défit entièrement. L’émir, en passant le Chéliff, avait violé les conventions. Néanmoins, vu le service qu’il venait de rendre, les Français lui laissèrent établir Hadj-el-S’ahit khalifet de Medeah, et réclamer zakât (« dîme »). Seulement, le comte d’Erlon, gouverneur général, envoya auprès de l’émir un officier d’état-major chargé de le tenir au courant de toutes les entreprises. L’officier, ne comprenant pas l’arabe, ne faisait guère de tort à Abd El-Kader, qui lui donnait facilement le change.

Le remplacement du général Desmichels par le général Trézel fut le commencement des hostilités. Le premier soin du nouveau gouverneur fut de travailler à détacher les tribus les plus puissantes de la cause de l’émir. Les Douairs et les Zmala se déclarèrent sujets de la France, sous la condition d’une protection efficace.

Le comte d’Erlon refusa de sanctionner cette mesure, et Abd El-Kader, instruit des dissensions qui existaient entre les généraux, persécuta les tribus soumises : celles-ci s’adressent au général Trézel, qui leur aurait alors répondu : « la parole d’un général français est sacrée ; dans une heure, je serai au milieu de vous ». Et sans hésiter, il sort d’Oran à la tête de deux mille hommes bien armés, le 26 juin 1835. Il livre dans la forêt de Mousa-Ismaël un brillant combat, où le colonel Oudinot trouva la mort. Mais les Français perdirent la bataille et près de 800 hommes dont 15 officiers.

À la fin de 1835, le maréchal Bertrand Clauzel marcha sur Mascara (Algérie) à la tête de onze mille hommes. Le duc d’Orléans se distingua par sa bravoure dans cette expédition. Les troupes de l’émir, battues au Sig (Algérie), à Abra , à Tafna, à Idbar, se dispersèrent et le laissèrent presque seul.

Le traité de la Tafna [modifier]

Abd El-Kader ne tarda pas à se faire de nouveaux partisans et à rappeler à lui les tribus qui l’avaient abandonné. Ayant appris le peu de succès de la première expédition de Constantine menée par les Français, il crut le moment propice pour commencer les hostilités dans la province d’Oran. Il sut bientôt que le général Bugeaud devait marcher contre lui ; mais ce général, éprouvant quelques difficultés dans les moyens de transport, et voulant restreindre les hostilités à la province de Constantine qui allait être le théâtre d’une seconde expédition, fit en 1837 avec l’émir le traité de Tafna, qui sera par la suite source de malentendus. Les critiques experts dirent que cette convention rendait l’émir maître de l’ancienne régence d’Alger, moins la province de Constantine, que dans chacun des articles on le traite d’égal à égal, et on reconnaît sa souveraineté indépendante, que la convention n’a aucune garantie, puisqu’elle repose uniquement sur le caractère moral et religieux d’Abd El-Kader, etc.

Après l’échange du traité, le général Bugeaud fit proposer une entrevue à l’émir pour le lendemain. Le rendez-vous était à neuf heures du matin, près de Tafna. Le général y fut à neuf heures, accompagné de six bataillons d’infanterie, de dix escadrons de cavalerie et de quelques pièces de campagne. L’émir n’y vint pas à l’heure convenue. Vers deux heures, des cavaliers arabes annoncèrent qu’il avait été malade et marchait lentement. Les Français marchèrent sans défiance plus d’une heure dans le détour d’une gorge étroite, entrecoupée de collines. Enfin le général aperçut l’escorte de l’émir, rangée en bon ordre sur des mamelons épars. La maladie de l’émir était feinte, et le général français avait l’air d’être venu pour lui rendre hommage. Les officiers de l’escorte eurent quelques moments d’hésitation, se croyant dans un guet-apens; Bou-Amedy, chef de la tribu des Oulanahs, qui marchait au milieu d’eux, s’en aperçut et dit au général Bugeaud : « Sois tranquille, n’aie pas peur. — Je n’ai peur de rien, répondit le général, je suis accoutumé à vous voir en face. Seulement je trouve indécent que ton chef m’ai fait venir de si loin et m’ai fait attendre si longtemps. ». L’émir était entouré de 150 à 200 chefs, qu’il précédait de quelques pas, guidant un cheval noir. Dès qu’il fut à portée de voix, le général Bugeaud lance son cheval au galop, et arrive sur l’émir en lui tendant cavalièrement la main ; celui-ci la pressa fortement et lui demanda des nouvelles de sa santé. « Très-bonne, et la tienne ? » répondit le général, qui met pied à terre, engageant Abd El-Kader à en faire autant. Après quelques minutes d’un entretien insignifiant : « As-tu ordonné, dit-il, de rétablir les relations commerciales à Alger et autour de toutes nos villes ?

Non, je le ferai dès que tu m’auras rendu Tlemcen.
Je ne puis le faire qu’avec l’approbation de mon roi.
Combien faut-il de temps pour avoir cette approbation ?
Il faut trois semaines.
C’est trop long, interrompit Ben-Arrach, lieutenant de l’émir, qui s’était approché : dix à quinze jours suffisent.
Est-ce que tu commandes à la mer ? répliqua Bugeaud.
Nous attendrons jusqu’à ce jour, dit l’émir.
Tu ne fais tort qu’aux tiens, répliqua Bugeaud, en les privant du commerce dont ils ont besoin. Quant à nous, nous pouvons nous en passer, puisque nous recevons par la mer tout ce qui nous est nécessaire. »

Ainsi se serait terminé cette entrevue qui fut sans résultat, car elle avait été sans but.

Par cette convention, la France reconnaissait son autorité sur l’ensemble du beilik de l’ouest (sauf Oran, Arzew, Mostaganem et Mazagran), sur le beilik du Titteri et sur la province d’Alger (à l’exception d’Alger, de Blida ainsi que de la plaine de la Mitidja et du Sahel algérois). Dans ces territoires, les deux tiers de l’Algérie, Abd El-Kader s’efforce d’organiser un État indépendant et souverain, sur une base religieuse.

Reprise de la guerre avec la France [modifier]

L'expédition des « Portes de fer », en pays kabyle

magnify-clip

L’expédition des « Portes de fer », en pays kabyle

Le 5 mai 1839, il demanda et obtint l’appui du sultan du Maroc, ainsi que la concession du territoire situé entre Oujda et Tafna. Il voulut annexer le Constantinois en y nommant un « khalifa ». En réaction, la France organisa l’expédition des « Portes de Fer » en octobre 1839, expédition qui fut considérée comme une violation du traité de Tafna. À partir de ce moment, la guerre reprit avec violence. Au mois d’octobre, dans l’ouest de la Mitidja, l’émir prend en embuscade le commandant Raffet et une centaine de soldats français ; ces derniers marchent contre lui et reprennent Cherchell, Mildah, Miliana, etc.

Gouvernement du maréchal Bugeaud [modifier]

Le tournant de la guerre fut la nomination du maréchal Bugeaud comme gouverneur général de l’Algérie en 1842. Celui-ci changea complètement de tactique de l’armée française, aidée de nombreuses troupes composées d’Algériens : troupes régulières (zouaves et spahis) et corps irréguliers (les goums). Il harcela les troupes d’Abd El-Kader, en cherchant à les couper de leur base. L’émir fut refoulé sur les hauts plateaux steppiques avec sa smala, capitale ambulante estimée à 30 000 personnes. Abd El-Kader essuya un grave revers le 16 mai 1843, avec la prise de la smala par le duc d’Aumale dans la région de Boghar. Il rassembla le reste de ses troupes, sous le nom de déïra, et se tourna vers le sultan du Maroc. Celui-ci, qui avait des visées sur l’ouest algérien, intervint mais fut défait à la bataille de l’Isly (oued près d’Oujda) le 14 août 1844. Dans le traité de Tanger du 10 septembre 1844, il fut convenu qu’Abd El-Kader serait mis hors la loi aussi bien en Algérie que dans le Maroc. Il délimita en outre la frontière entre les deux pays. Les Français n’avaient pas oublié le guet-apens de Sidi-Brahim, où leurs soldats, commandés par le colonel Montagnac, furent égorgés sans pitié par les troupes de l’émir.

En 1845, beaucoup de tribus des hauts-plateaux s’étaient soumises aux Français. L’Émir tenta de les réprimer ; le Goum des Ouled Nail, sous le commandement de Si Chérif Bel Lahrech qu’Abd El-kader avait nommé khalifa, prit part à ces opérations. Cherchant des alliances, il alla ensuite en Kabylie, nouveau bastion de la résistance à l’armée française, où il participa à deux combats contre les Français en février 1846. L’Émir sillona ensuite la région de Djelfa, plus au sud, poursuivi par les Français, mais aidé par la population. Des combats eurent lieu à Ain Kahla, à Zenina et à l’oued Boukahil. Abd El-Kader tenta de relancer la révolte en 1847, mais échouant finalement à rallier les tribus kabyles pour faire cause commune, il dut se réfugier au Maroc. Le général de Lamoricière apprit qu’Abd El-Kader, refusant de se rendre au sultan du Maroc, s’était entendu avec ses principaux officiers, les fonctionnaires de la cour de Fès, pour tenter une dernière fois la fortune. Le 13 septembre, un ex-brigadier du 2° chasseurs d’Afrique qui s’était échappé de la Deïra, accourut annoncer au général que l’émir voulait livrer encore un combat avant de se retirer vers le Sud avec ceux qui voudront l’y suivre.

La défaite [modifier]

Échappant aux troupes du Sultan marocain, le 21 décembre 1847, les troupes de l’émir passent la rivière Kiss et entre sur le territoire de l’ex-régence. Abd El-Kader, seul à cheval, est en tête de l’émigration ; le général Lamoricière, prévenu à temps, ordonne à deux détachements de vingt spahis choisis, revêtus de burnous blancs et commandés par les lieutenants Bou-Krauïa et Brahim, de garder le passage que devait prendre l’émir. Pour parer à tout événement, il fait prendre les armes à sa colonne et se porte sur la frontière ; il avait à peine fait une lieue et demie que des cavaliers envoyés par Bou-Krauïa le prévinrent qu’il était en présence d’Abd El-Kader. On vole aussitôt à son secours. Au bout de quelques instants, il rencontre Bou-Krauïa lui-même avec des hommes dévoués à Abd El-Kader, chargés de porter sa soumission au général Lamoricière. L’émir avait remis à Bou-Krauïa une feuille de papier sur laquelle il n’avait fait qu’apposer son cachet, car le vent, la pluie et la nuit l’avaient empêché d’y rien écrire. Abd El-Kader demandait une lettre d’aman («assurance/protection/sauf conduit») pour lui et ceux qui l’accompagnaient.

Le général ne pouvait, pour les mêmes causes, répondre à l’émir, mais il remit aux envoyés son sabre et le cachet du commandant Bazaïin, en leur donnant verbalement la promesse de l’aman le plus solennel. Abd El-Kader renvoya ses deux officiers et le lieutenant Bou-Krauïa avec une lettre dans laquelle il demandait la condition qu’il serait conduit à Alexandrie ou à Saint-Jean-d’Acre. Le général Lamoricière y consentit par écrit.

Le 24 décembre, Abd El-Kader fut reçu par les généraux Lamoricière et Cavaignac et le colonel Montauban, au marabout de Sidi-Brahim, théâtre de ses triomphes. On l’amena ensuite à Nemours (Dgemma-Ghazouat) devant le duc d’Aumale qui l’y attendait. Le prince ratifia la parole donnée par le général Lamoricière, en exprimant l’espoir que le roi lui donnerait sa sanction. Le gouverneur général annonça à l’émir qu’il le ferait embarquer le lendemain pour Oran, avec sa famille ; il s’y soumit sans émotion et sans répugnance. Avant de quitter le prince, Abd El-Kader lui envoya un cheval de soumission, pour consacrer sa vassalité et sa reddition.

Prisonnier en France [modifier]

L’émir demanda avec insistance la faveur de quitter Oran le plus tôt possible. On lui offrit de partir immédiatement sur la frégate à vapeur l’Asmodée, ce qu’il accepta. Le navire quitta Oran en emportant l’émir et sa suite, composée de 61 hommes, de 21 femmes et de 15 enfants des deux sexes, en tout 97 personnes. On y remarquait sa vieille mère, deux de ses beaux-frères, ses trois femmes et ses deux fils, dont le plus jeune avait huit ans. La traversée fut mauvaise et les captifs furent très fatigués. Arrivé à Toulon, Abd El-Kader fut déposé au Lazaret, puis transféré au fort Lamalgue, puis au château de Pau où il séjourna jusqu’au 3 novembre 1848 et qu’il quitta ensuite pour le château d’Amboise. Son séjour à Pau a laissé aux palois un grand souvenir et lui-même a exprimé des regrets en quittant cette ville. Dans la diligence qui le conduit de Sète en Béarn, l’émir a ces mots pathétiques : « Je vois ces plaines verdoyantes, ces vergers, ces forêts, ces fleuves et ces rivières ; tant d’abondance ! Quel besoin ont les Français d’occuper mon Pays, de sable et de rochers ? »[3]. Durant toute sa captivité à Pau, du 29 avril au 3 novembre 1848, le grand guerrier ne bougera pas de ses appartements d’un château fraîchement rénové, refusant la promenade et ne quittant sa chère Smala que le soir pour aller dormir dans le donjon Fébus. « Je suis en deuil et un Arabe en deuil ne quitte pas sa tente ; je suis en deuil de ma Liberté, je ne quitterai donc pas ma chambre ».

L’image romanesque du grand chef vaincu, du patriote inflexible, attire les curieux en quête d’un frisson romanesque. À Pau, Abd El-Kader ne refuse pas les visites, bien au contraire. Au cours de ces entretiens, il ne cesse de rappeler à la France son manque de parole et d’en souligner la gravité. Très vite, l’image du chef de guerre exotique cède le pas à celle d’un hôte aimé, révéré. Au moment de partir pour Amboise, l’émir se retourne et déclare : « En quittant Pau, je laisse un morceau de mon cœur ». La parole de la France n’est pas tenue par les régimes et les gouvernements successifs. L’émir est retenu en captivité pendant cinq années. Dès son accession à la Présidence de la République, Louis-Napoléon Bonaparte songe à le libérer. En janvier 1849 il organise une réunion au Palais de Saint-Cloud, le maréchal Bugeaud est présent, mais les difficultés du nouveau président avec la Chambre et son Ministre de la Guerre lui font remettre à plus tard ce qu’il considère comme une affaire d’honneur.

La libération [modifier]

Abd-El-Kader à Damas, portant le grand cordon de la Légion d'honneur, 1860.

magnify-clip

Abd-El-Kader à Damas, portant le grand cordon de la Légion d’honneur, 1860.

Ce n’est que le 16 octobre 1852, au retour d’une tournée en France que le futur Napoléon III vient annoncer solennellement sa liberté à l’émir. Après avoir fait serment, de ne plus perturber les opérations françaises en Algérie (décembre 1852), il part pour Brousse puis Damas. Il enseigne la théologie à la mosquée des Omeyyades. En juillet 1860, les troubles confessionnels du Mont Liban se sont étendues à Damas. Des musulmans et des druzes attaquent les quartiers chrétiens, tuant plus de trois mille habitants. L’émir intervient pour arrêter le massacre et protège au péril de sa vie la communauté des quinze mille chrétiens de Damas et les Européens qui y vivaient, grâce à son influence auprès des dignitaires de la ville. Il reçut la grand-croix de la Légion d’honneur et d’autres marques de reconnaissance venant du monde entier (notamment du Pape, du Tsar de Russie, etc.). En 1869, il participa aux festivités de l’inauguration du canal de Suez aux côtés de l’impératrice Eugénie.

Il consacre le reste de sa vie à des œuvres de bienfaisances, à l’étude des textes scientifiques et sacrés et à la méditation jusqu’à sa mort à Damas.Il respecta toujours la parole qu’il a donné de ne pas revenir en Algérie. Son fils et surtout son petit-fils, l’Emir Khaled revint en Algérie.L’Emir Khaled fit une carriére de soldat français , mais eu ensuite une carriére politique et milita activement, parmi les premiers, pour l’indépendance de son pays. Les cendres d’Abdelkader furent récupérées en 1965 et se trouvent aujourd’hui au cimetière d’El-Alia à Alger. Ce transfert des cendres a Alger a été discuté, car Abd El-Kader avait clairement souhaité être inhumé a Damas auprès de son maître Ibn Arabi[4].

Un personnage complexe [modifier]

Abd El-Kader est également le concepteur de la capitale mobile : la Smala. Pour la France coloniale de l’époque, il était le modèle de « l’indigène » éclairé et cultivé. Pour l’avoir combattu avec honneur, il fut respecté même par ses propre ennemis. Il a échangé une très prolifique correspondance avec des Français, dont la contribution apportée au livre du Général Daumas sur le cheval.

Il faut citer également les relations et les entretiens qu’il eut avec Monseigneur Dupuch, évêque d’Alger. L’étude de la relation entre l’Émir et Monseigneur Dupuch est extrêmement intéressante et montre un esprit ouvert et tolérant dans une époque pourtant difficile. Il convient de citer ici le roman publié par un écrivain algérien, Waciny Laredj : « Le livre de l’Émir » aux éditions Actes Sud en2006 qui prend appui sur cette relation .

On rappellera que Monseigneur Dupuch lui rendit visite lors de son emprisonnement à Pau et à Amboise et fit de nombreuses démarches pour le faire libérer, conformément aux engagements de la France.

[réf. nécessaire]

Il se pose aussi la question de son appartenance à la franc-maçonnerie. Il semble , en effet, qu’il ait adhéré à la loge Henri IV du Grand Orient. Il existe, en effet, un échange de correspondance qui paraissent établir cette adhésion. On peut se référer sur ce point aux annexes du petit livre publié par Bruno Etienne et François Pouillon: « Abdelkader : le Magnanime. » Gallimard Découvertes 2003.

Certains algériens contestent le fait et estiment que les lettres de l’Émir doivent s’analyser comme l’expression de la curiosité intellectuelle de l’Émir, et non pas comme la preuve d’une adhésion.

Malgré ses contradictions, l’« Ami des Français », comme aimaient à le qualifier les Européens, est aussi considéré en Algérie comme le père de la nation, le héros qui ne s’est rendu que pour préserver les Algériens d’un combat inégal et perdu d’avance. En Algérie, depuis quelques années, la figure du héros national s’est enrichie et les Algériens, grâce à toute une littérature mystique découvrent la dimension soufie du résistant à la conquête française.
Il est aussi et surtout l’un des plus grands mystiques du XIXe siècle, qui a laissé un ouvrage d’une profondeur rare sur son propre cheminement intérieur : le livre des Haltes, Qitab al-Mawaqif. René Guénon reconnaîtra en lui bien plus qu’un simple chef de guerre, mû par des principes d’un tout autre ordre, et un personnage d’une éminente stature akbharienne dans l’ordre du Tacawuff.

 

Séminaire et colloque sur la vie du personnage [modifier]

Un colloque internationnal s’est tenu sur la vie de l’émir en Algérie dans le mois de mai 2008. Les chercheurs lui attribuent une contribution à la conception des droits humains. [5]

  • Autres informations

Une ville des États-Unis d’Amérique porte le nom de l’émir.

 

Voir aussi [modifier]

50px-Wikiquote-logo.svg

Voir aussi sur Wikiquote les citations «  Abd El-Kader ».

Notes et références [modifier]

  1. Rozet et Carette, L’Univers ou histoire et description de tous les peuples, Firmin Didot, 1850, p.193
  2. Complément de l’Encyclopédie moderne, Firmin Didot, 1857, t.5, p.722
  3. « Abd el-Kader », Pau.fr, 22 mars 2007.
  4. Lire à ce titre Le blanc de l’Algérie d’Assia Djebar, éd. Albin Michel, 1995.
  5. http://www.latribune-online.com/national/482.html La Tribune, journal presse algérienne

Source partielle [modifier]

« Abd El-Kader », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, 1852 [détail édition](Wikisource)

Bibliographie [modifier]

  • Alexandre Bellemare, Abd el-Kader: sa vie politique et militaire. Paris, Librairie Hachette, 1863; réédition : Paris, Editions Bouchène, 2003, Bibliothèque d’histoire du Maghreb, ISBN 2-912946-51-4.
  • Abd el-Kader, Écrits spirituels, textes traduits et commentés par Michel Chodkiewicz (Paris, Le Seuil, 1982 ; rééd., Le Seuil, 2000)
  • Bruno Etienne, Abdelkader: isthme des isthmes (Barzakh al-barazikh), Paris, Hachette Littératures, 2004. ISBN 2-01-279117-4.
  • Abd El-Kader, Livre des haltes, traduction d’AbdAllah Penot, Editions Dervy, coll. L’être ET L’esprit, mai 2008, ISBN : 2844545432
  • Abd el-Kader, Lettre aux français, traduction intégrale sur les manuscrits originaux par René R.Khawam, Paris, Edition Phébus, 1977, ISBN : 2-85940-007-9.

Liens externes [modifier]

    Laisser un commentaire