LE COMPORTEMENT DU MUSULMAN.

LE COMPORTEMENT DU MUSULMAN.

LES INFFLUENTS DE LA FOI. 

     Définir l’imane (la foi) est une tâche que le messager d’Allah a effectué‚ avec beaucoup de soin. D’abord, il affirme que l’imane se situe dans le cœur : « …L’Imane se loge dans le cœur, les actions en soin une preuve ». Cette définition est détaillée dans le hadith  2 (rapport‚ par muslim) de l’ange Djibril (Gabriel) lorsqu’il vint sous une forme humaine assister à l’assise du messager avec ses compagnons et lui demanda : « …Renseigne-moi sur L’Imane ».  Ensuite le messager d’Allah avance la conséquence concrète de l’Imane qui s’est logé‚ dans le cœur que sont les actions.

     Deux situations pathologiques sont à signaler : Une situation où l’on prétend avoir L’Imane sans que celui-ci jaillisse sur le comportement, une autre situation où les actions sont là, mais les origines n’est guère la foi.

     Quelles sont les actions qui témoignent de L’Imane qu’Allah a logé‚ dans nos cœurs ? Le messager réponds : « L’Imane est constitué‚ de soixante dix et quelques affluents (branches), le plus haut est la parole (Nulle divinité‚/Dieu a part Allah) : La Ilaha Illa Allah ». Le moins haut est d’écarter ce qui gène du chemin des passants et la pudeur est un affluent de L’Imane ». Dans ce hadith l’échelle des hauteurs s’élève du détail au plus fondamental, de l’occasionnel au permanent, du gestuel au spirituel.

L’échelle éducative quant à elle, doit répondre à une question très sérieuse : « Comment l’éducateur, qui est le messager d’Allah, à inculqué‚ à ses compagnons les affluents de L’Imane de sortes qu’ils soient devenus les meilleurs modelés ? « . Nous allons essayer de respecter cette ‚échelle éducative lorsque nous allons présenter un à un les affluents de la foi.

     Les savants dont Al Baihaki, ont fixé‚ le nombre des affluents à soixante dix-sept. Ils ont fourni l’effort d’extraire tous les affluents à partir du Coran et des Hadiths. Le hadith cité‚ ci-dessus, par exemple, montre clairement que la pudeur est un affluent de la foi, ainsi que le fait de répéter l’attestation de la foi et d’écarter les choses gênantes du chemin des passants.

Le discours sur la foi demeure très subjectif si celle-ci n’est pas reliée aux affluents. Les affluents sont des éléments concrets qui permettent aux musulmans de répéter le niveau de sa foi, aussi bien que son avancement sur le chemin d’Allah.

1-LES AFFLUENTS DE LA FOI/AIMER ALLAH

Quelle relation devons nous mettre entre « Aimer Allah » et  » être un aimé‚ d’Allah  » ?

 » Allah aime les musulmans », pense t-on. « Le musulman doit faire preuve de reconnaissance en aimant Allah » précise t-on ensuite.

A ne pas confondre miséricorde, justice et générosité‚ d’Allah envers quelqu’un et Son amour de lui. Le prophète dit :

       »Allah dit : Celui qui prend comme ennemi un ami de Moi Je lui déclare la guerre… et lorsque J’aime mon serviteur, Je suis son ouïe…son regard… sa main… son pied et s’il me demande, assurément Je lui donne et s’il cherche protection, assurément Je le protège ».

    Ce hadith doit susciter en nous, plus que toute autre chose, l’ambition et le sens de la compétition pour arriver à une telle classe d’Hommes. Dans le Coran, Allah témoigne que globalement Il aime les pieux, les patients endurants dans le chemin d’Allah, Ceux qui restent unis face aux épreuves du cheminement collectif vers Allah et les bel-agissants qui adorent Allah comme s’ils Le voyaient.

     Etre un aimé‚ d’Allah n’est pas un acquis, c’est un but sublime et une élection d’Allah vers laquelle on suit un chemin bien défini. Ce chemin commence par notre amour d’Allah. Dans le Coran traduit on lit :

  »Dis : Si vous aimez vraiment Allah, suivez moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est vraiment absoluteur et Miséricordieux ».

Etre un aimé‚ d’Allah est le fruit d’un travail de longue Haleine motivé‚ par l’amour qu’on a d’Allah.C’est une récompense précieuse en un stade avancé‚ d’un effort pénible de purification.

     La question suivante est une réplique souhaitable à ce qui précède : « Comment acquérir en soi l’amour d’Allah ?  » puisque c’est le commencement incontournable du chemin de l’éligibilité‚. Le messager dit :

« Aimez Allah pour les bienfaits dont Il vous comble. Aimez-moi pour l’amour qu’Allah me témoigne et aimez ma famille pour l’amour que vous me témoignez ».

     La sourate « Les abeilles » cite nombre de bienfait d’Allah dont l’Homme, en particulier le musulman, dispose. L’Homme est invité‚ à méditer ces bienfaits et à en tirer les conclusions nécessaires pour son salut dans l’au-delà. Le musulman en lisant cette sourate reconnaît les bienfaits d’Allah dés lors, chez lui, un premier sentiment d’amour naît.

     En avançant dans l’imane, la lumière mentionnée dans la sourate « la Lumière » commence à pénétrer dans le cœur du moumine et l’éclaircir. Le moumine commence à vivre les bienfaits d’Allah liés au cœur et leurs conséquences sur sa vie quotidienne ainsi que sa conception de la vie. Ces bienfaits de genre différent suscite un amour d’Allah fondamentalement meilleur.

     Arrivé‚ à l’ihsane, stade d’être un aimé d’Allah, le mouhsine vit les bienfaits du hadith cité plus haut. Ceci engendre chez lui un amour d’Allah indescriptible. Il préfère Allah à toutes les créatures.

2-AFFLUENTS DE LA FOI / FREQUENTER LES CROYANTS ET LEUR RENDRE HOMMAGE.

    Au début fût l’amour d’Allah, ensuite l’amour du messager s’en suivit. Pour préparer un cheminement collectif vers Allah un amour des gens en Lui est devenu indispensable.

     Quelle belle caravane est celle qui traverse les déserts arides de l’insouciance et de la méconnaissance d’Allah aspirant aux terres fertiles du rappel et de la présence avec Lui. Cette caravane qui abandonne la frustration des mirages vers la senérité de la certitude. Une caravane où chacun chemine avec la force de tous. Une caravane où l’on partage sympathiquement les vivres pour partager, ensemble, la joie de l’arrivée.

     Pour avancer vers la fin de l’Ihsane, rejoindre des moumines (croyants) qui, sincèrement, veulent cheminer vers Allah, est un moyen très efficace. Allah prescrit au messager une consigne à ce sujet. Il dit dans une sourate Al-Kahf (la caverne) :

« Maintiens-toi avec ceux qui, voulant le visage de leur seigneur, L’implorent chaque début et fin de journée et que ton regard n’aille pas loin de chez eux aspirant aux attractions de la vie terrestre ».

     Ensuite, Allah met en garde contre les faux guides et la mauvaise compagnie. Il dit : « …et n’obéis pas à celui qui, le cœur insouciant à mon rappel, a suivi ses passions et a perdu tout repère ».

     Le repère grâce auquel on retrouve Allah est de L’aimer toute conséquence comprise. Allah dit : « Ceux qui fournissent l’effort pour arriver à Moi, certainement Je les guiderai vers mon chemin ». (29/69).

Le messager reproduit la consigne d’Allah en la généralisant à tout mouslim. Il dit :

« Chacun a la même intensité de foi que son ami le plus intime. Choisissez alors vos ami s avec     soin !  » .

Fréquenter les moumines et leurs rendre hommage c’est opter pour un moyen efficace pour arriver à l’imane. C’est un affluent de la foi.

Laisser un commentaire